La relaxation

Publié le par Titi

Voilà pas que mon dernier cours de prépa à l'accouchement, c'était un cours de relaxation.

N'importe quelle personne m'ayant croisé IRL, peut aisément deviner que je suis quelqu'un d'hyper relax.

Mais bon, le but du cours qu'elle explique la dame au début, c'est de s'approcher des portes du sommeil. Et ça je sais faire. Surtout quand je me suis réveillée à 8h du mat, que j'ai du monter à la capitale et que j'ai déjà subi 2h de cours sur l'expulsion plus 1H sur le trousseau en n'ayant quasi rien mangé (car quand on a un grosminet affamé à côté, il est très difficile de ne pas partager son McChicken [ouais il pique déjà la bouffe à sa propre fille, père indigne pfff]).

Me voilà allongée sur un canap' plus ou moins confortable, et on doit choisir sur le dos ou sur le côté. Et là je félicite toutes les autres gonzesses car personnellement, sur le dos, je ne peux plus. Avoir un poids de 2,5 kg qui me ruine l'estomac, les poumons, les intestins, la vessie et j'en passe, pas trop ma tasse de thé. Alors je préfère le côté, jusqu'à temps que ma hanche lâche vraiment, mais on n'en est pas encore là.

Et là, c'est la grosse arnaque. Tout le monde a le droit à un petit rehausseur pour les jambes sauf moi. Poliment, j'exprime mon mécontentement, mais non je n'y ai pas le droit car je suis sur le côté. Bon j'arrive à choper un espèce de polochon qui a du faire la guerre et ça fera l'affaire ou pas.

On nous met un bruit de fond. Au bout de 2 minutes, je comprends que c'est censé être le bruit des vagues, soit on fréquente pas les mêmes plages (atlantiques ou méditerranéennes) soit on est encore resté à la cassette audio.

Mais bon le principe d'approcher les frontières du sommeil se fait sans difficulté, même si je me suis retournée 3 fois et qu'apparemment ce n'était pas prévu dans le programme tellement je me suis fait fusillée du regard.

Malheureusement, au bout de 20 minutes, la dame nous dit d'une voie d'outre-tombe de relaxer le dos et les poumons et de laisser l'air et la sérénité pénétrer l'intérieur de notre corps. D'une, ça m'a réveillée, et de deux, je me suis demandée si on aurait du arrêter de respirer avant pour pouvoir le faire.

Bref, ça m'a déconcentré dans ma zénitude avancée. En plus, mon polochon était tellement pourri que j'avais un mal de jambes pas possible, j'ai commencé à remuer dans tous les sens et c'était très mal vu. Alors je suis restée sans bouger pour pas me faire choper en attendant.

Les cours de relaxation, c'est de la grosse ARNAQUE.

Publié dans Alien-itude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article