Le mois de la loose intersidérale : ch'ti affligée

Publié le par Titi

Voilà, j'ai vu les ch'tis.

Hum.
Comment dire.
Bon c'est un peu affligeant, certes, mais certains trucs sauvent le film pour qu'il soit regardable le dimanche soir sur TF1.

1. Les acteurs : Kad, et la blonde qui joue Annabelle, et Guy Lecluyse et son compère.
2. Les 3 scènes avec Patrick Bosso, juste pour le voir dans une parka de gendarmerie 3 fois trop grande pour lui.
3. La scène dans la vieille cité minière quand les 3 chtis se lâchent complet à vouloir tuer des chats, à roter et à manger comme des porcs. Juste ça c'était drôle.
4. Le personnage de la mère ch'ti, juste qu'une mère ch'ti, c'est vraiment comme ça.
5. Le ferveur dans le stade qui chante "Les corons". Parce que ça, vraiment, y a que là bas qu'on peut retrouver une ferveur pareille, et que ça me fera toujours hérisser les poils de bras. Et que c'est ça le pays ch'ti, la ferveur. Y a juste ça qui me rend fière d'être chti.

Ce qui est totalement affligeant :

1. Le début sur le langage. C'est lourd, c'est affligeant. D'une, y a plus grand monde qui parle chti là bas au quotidien, faut arrêter de prendre les gens pour des cons, et de deux, hormis mots spéciaux, le reste est quand même compréhensible.
2. Le climat. Tous les bucco-rhodaniens que j'ai entendu disent qu'au-dessus d'Aix c'est la banquise et les pingouins. Mais c'est pas parce qu'ils le disent, qu'ils le croient hein. Faudrait peut-être pas prendre les sudistes pour des débiles non plus.
3. Les acteurs : Danyboon évidemment, et Line Renaud en mère ch'ti dans son coron, elle fait vraiment trop bourge du 16è pour être crédible. Zoé Félix et Stéphane Freiss surjouent.
4. Les 3 scènes avec Patrick Bosso. Alors là on essaie de nous faire croire que Kad est assez con pour préférer 2*1000 bornes de caisse = 2*11h de trajet à la place de 2*5h de TGV tous les we. La crédibilité, ça l'étouffe pas un brin, le danyboon, hein.
4. Le genièvre dans le café le matin. Ca ne se fait que dans les familles de tradition agricultrice. Pas dans le milieu ouvrier. Le maroille dans le café, idem. La chicorée dans le café, ça c'est fait absolument partout en France, chez les fermiers en Bretagne, chez ma belle-mère à Avignon, etc, mais absolument partout, ça dépend des familles, c'est tout.
5. Les histoires sentimentales des deux "héros" qui sont là pour combler le vide abyssal en terme de scénario, parce qu'on voit bien qu'au bout d'1/2h de clichés chtis, Danyboon s'est dit merde, c'est un film, faudrait que j'y mette une histoire. Ben c'est raté. C'est gnangnan, culcul, débilissime, affligeant.
5. Tu pleures quand tu repars. Mouais, faudrait pas déconner non plus. Tu regardes juste la scène de la fin à Bergues où il fait beau et les scènes qui se passent à Salon où il fait beau aussi. Rien remarqué ? Ben la luminosité !!! C'est pas une blague, la luminothérapie marche à merveille sur le moral, et de la lumière, y a en vachement plus dans le Sud que dans le Nord, c'est pas compliqué. Alors même si les gens sont sympas dans le Nord, on en trouve aussi des sympas dans le Sud, et la lumière, ça change tout.

Je suis sympa avec le film, car j'ai mis 5 points positifs et 5 points négatifs.
N'empêche que c'est bien lourd dans le cliché, qu'il n'y a pas un pet de scénario et que ça ne mérite absolument pas l'engouement qu'il a.

Bien contente de l'avoir vu en divx, super qualité mon screener en plus.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anouchka 16/04/2008 13:36

On terminera là-dessus alors : http://chti.logeek.com/

Titi 16/04/2008 14:15


Ouch !